Lancer sa startup en pleine crise, bonne ou mauvaise idée ? Après tout, une crise est toujours un moment de rupture, mais est-ce que cela signe forcément la mort de certains concepts et laisse la porte ouverte à d’autres ? Même si l’idée semble risquée voire farfelue, c’est peut-être au contraire une occasion en or de se lancer.

 

Lancer sa en période de crise

La crise liée au Coronavirus est toujours d’actualité tandis que certains gouvernements sortent des milliards d’euros pour aider les entreprises. Toutefois, toutes les structures, petites, moyennes ou grandes entreprises, ne sont pas égales devant cette crise. Entre les multiples appels de prêt garanti par l’État, de refinancement ou de renégociation avec leurs fournisseurs, la question de se lancer à son propre compte se pose, mais avec précaution. Et même si le moment ne semble pas des plus opportuns pour lancer sa startup, il est toujours temps d’entreprendre. Il suffit de revoir les codes et de le faire différemment. En effet, pour faire face à la crise et voir émerger le monde de demain, une remise en question des opportunités économiques est d’actualité. La pandémie de Covid-19 pourrait ainsi représenter un terreau fertile pour le lancement de nouvelles startups.

 

Quand le confinement fait émerger de nouveaux besoins

Le confinement forcé et le travail à distance a bousculé les entreprises au niveau mondial. Avec la crise une digitalisation des entreprises a vu le jour, afin de maintenir les activités. Et même si ce n’était de premier abord pas par choix, il y a fort à parier que cette nouvelle manière de travailler pourrait bien être adoptée à long terme. Entre les avantages du télétravail et les réductions de coûts, mêmes les entreprises les plus réticentes au début du confinement pourraient finir par franchir le cap. Les startups des technologies d’entreprise sont d’ailleurs sur un segment propice, avec des preneurs de décision plus conscients que jamais de la nécessité de s’équiper d’outils adaptés. Ces outils numériques, une fois déployés, créeront d’autres besoins, notamment liés à la cybersécurité et au développement de nouveaux modes de management. La crise l’a démontré, diriger une équipe à distance et organiser des réunions de brainstorming à 15 de son salon nécessite quand même une certaine organisation.

 

Continuer à avancer

Néanmoins, si les opportunités sont réelles, le capital lui se fait rare. Ainsi, lancer sa startup sera plus difficile. Ces opportunités ne pourront être captées que par des entrepreneurs qui n’auront pas froid aux yeux et feront preuve d’un maximum de cran, d’abnégation et de courage. En somme, il ne faudra pas avoir peur de nager en eaux troubles pour y arriver. De plus, il faudra trouver la bonne formule et réussir à apporter un produit ou un service qui répond réellement à un besoin. Ce qui fera le succès de la startup en pleine crise, c’est d’inciter les entreprises à dépenser de l’argent car elles y trouveront un gain financier immédiat. Le cash ne coulera pas à flot pour les startups qui n’ont pas encore fait leurs preuves et celles-ci devront donc minimiser leurs coûts de lancement.

 

Le secteur de la formation et de l’éducation a aussi sa carte à jouer

Les partenariats entre les chaines de télévision et les éducateurs ont donné naissance à des programmes scolaires pendant le confinement. Néanmoins, de manière plus globale, les outils numériques ne sont pas encore tous là dans le secteur éducatif. Anticiper pour mieux s’adapter à une prochaine crise devient déjà l’enjeu d’un avenir qui pourrait bien se dessiner sous des auspices plus responsables. Or, la continuité d’éducation entre la maison et l’école est une thématique qui ne va pas disparaître après la crise.

 

Les entreprises innovantes ont la possibilité d’améliorer le quotidien

Contrairement à la crise de 2008, essentiellement économique, celle qui nous touche aujourd’hui pousse de nombreux particuliers comme dirigeants à s’interroger sur la valeur de leur travail et le monde qu’ils veulent construire pour les générations futures. Les sujets liés à la RSE, à la quête de sens et aux défis environnementaux devraient être renforcés au sein des entreprises. Quatre valeurs essentielles sont à prendre en compte pour entreprendre aujourd’hui : la technologie, la créativité, l’impact et le business (la rentabilité). Les composantes environnementales ou même sociales devront faire partie de tous les projets qui émergeront demain.

Si vous souhaitez en savoir plus sur comment faire son e-commerce et intégrer le module de paiement en ligne, la CCI France Maurice vous invite à visualiser la vidéo du webinar en compagnie de l’intervenant M. Vincent POLLET, co-fondateur de Pongo Soft.

La CCI France Maurice a pris la mesure des événements et a décidé de lister ensemble des solutions en ligne pour développer des facilités pendant cette période de crise. Pour vous permettre d’aller plus loin, Pongo Soft vous aide à faciliter la création d’une boutique en ligne et à intégrer le module de paiement en ligne.

Les mesures de confinement prises par le gouvernement en raison de la crise sanitaire du Covid-19 ont obligé les différentes enseignes du retail à s’adapter au changement afin de compenser les pertes et assurer la continuité de leur activité.

En effet, les consommateurs se sont très vite adaptés à la situation et ont changé leurs comportements de consommation. C’est ce que l’on a pu observer ces trois derniers mois durant lesquels les ventes en ligne ont considérablement augmenté.

Ces nouveaux comportements et ces nouvelles habitudes de consommation vont perdurer dans le temps. C’est pourquoi il est aujourd’hui primordial pour les entrepreneurs de repenser leur stratégie digitale afin d’assurer la croissance de leur activité.

Si vous travaillez à distance depuis une décennie (comme nous !) ou si vous démarrez tout juste l’aventure du télétravail, à distance, on vous assure que c’est loin d’être une punition…au contraire ! Lors d’un récent sondage, 77% des répondants ont démontré une productivité plus élevée en télétravail que dans un bureau. Une autre enquête a révélé que 82% des participants se sentent plus heureux lorsqu’ils travaillent à distance. Cependant, le travail à distance ne rime pas avec pantalons de yoga et farniente. Certains défis du télétravail comprennent des sentiments de solitude, d’isolement et de déconnexion.

Qu’est-ce que le télétravail ?

En définition, le travail à distance c’est le fait de « travailler à domicile » (ou ailleurs), contrairement au fait de travailler dans un bureau. Quand on adopte ce mode de travail, cela nécessite une certaine discipline et de la réflexion, à la fois au niveau individuel et au niveau de l’équipe. Vous essayez constamment de vous améliorer en tant que collaborateur et de créer une culture à distance équilibrée au sein de votre équipe.

Développer un contexte commun

Un autre aspect important est que l’équipe développe un contexte commun. Cela signifie simplement que chacun joue selon les mêmes règles, comprend les rituels et les pratiques de l’équipe et sent qu’il opère dans un environnement équitable. Avec une équipe 100 % à distance, il est essentiel de digitaliser tous nos processus et de développer une culture axée sur les résultats.

Le travail à distance n’est pas forcément du travail à domicile

Dans beaucoup d’entreprises, “travail à domicile” est synonyme de bien, pas vraiment de travail. L’une des idées reçues les plus communes sur le télétravail c’est que nous sommes tous assis dans notre pantalon de yoga, à regarder Netflix ou faire le ménage. Cela doit être le premier mythe culturel à dissiper dans toute organisation qui est vraiment, sincèrement disposée à donner une vraie chance au travail à distance.

Le mode nomade numérique ne convient pas à tous

D’abord, il faut savoir que tout le mouvement “nomade numérique” ne représente pas le travail à distance sous tous ses aspects les plus sains et les plus productifs. Bien sûr, tout le monde rêve de voyager à travers le monde avec son ordinateur portable et travailler sur une plage en Espagne, mais pour la grande majorité des travailleurs à distance qui doivent s’aligner sur les fuseaux horaires, les communications d’équipe et avoir des responsabilités personnelles en dehors du travail, cela ne va tout simplement pas fonctionner.

Règles pour le travail à distance

Ainsi, pour pouvoir être un télétravailleur heureux et productif, il y a certaines règles à respecter. Elles vous aideront à maintenir un contexte commun et permettent à l’équipe de travailler ensemble, peu importe où ils se trouvent dans le monde.

1. La Distance

Si même une personne de votre équipe n’est pas dans un bureau, supposons à distance. Cela signifie que vous devez prendre des réunions de votre bureau et assurez-vous de partager tout le contexte de ladite réunion dans un format écrit.

Lorsque toute l’équipe est à distance, c’est un point discutable, mais lorsque vous avez un mélange de personnes travaillant à distance et dans les bureaux, il est important de partager numériquement les mêmes signaux que vous auriez en personne.

2. Un Espace De Bureau Dédié Avec Une Porte

Lorsque vous travaillez à distance à temps plein, il est important de désigner et d’optimiser un espace de travail qui n’est pas votre comptoir de cuisine ou votre canapé.

Avoir un bureau avec une porte offre l’espace mental nécessaire pour se concentrer, comme si vous travailliez dans un environnement de bureau traditionnel.

3. Avoir Les Outils Pour Faire Votre Travail

Chaque équipe doit utiliser un ensemble d’outils numériques définis et chaque individu doit avoir une connexion internet forte. Par exemple, on peut utiliser Slack pour le chat, Trello pour la gestion des projets, Confluence pour la collaboration, Google Docs pour le partage de documents, entre autres. Votre jeu d’outils peut être différent, mais le définir comme une équipe est important pour développer ce contexte commun.

4. Communiquer, Communiquer, Communiquer

Suivez la règle des Sept, qui stipule que les gens ont besoin d’entendre un message sept fois avant de l’intérioriser. Si vous avez l’impression de trop communiquer des informations, vous communiquez probablement suffisamment.

5. Planifier un Face Time

Assurez-vous que votre équipe a la possibilité de se voir et créer des liens en personne. Avoir régulièrement des rencontres hors site est essentiel pour favoriser les relations humaines qui rendent le travail à distance plus efficace et plus fluide. Utilisez tout cet argent que vous économisez en l’espace de bureau coûteux et équipements pour rassembler les gens à l’ancienne.

Êtes-Vous Prêt Pour Le Travail À Distance ?

Un des avantages du travail à distance c’est que vous êtes responsable de votre propre environnement, donc si quelque chose ne fonctionne pas pour vous… vous pouvez le changer ! Il est extrêmement important de développer une forte conscience de soi en tant que travailleur à distance. Certaines personnes sont des créatures sociales et ont besoin d’être dehors pour se sentir bien. Pour ce type de travailleur, cela peut être bénéfique de se joindre à un espace de co-working au lieu de travailler à la maison tous les jours.

Le travail à distance n’a pas à vous faire vous sentir à distance : il peut s’agir d’être hyperconnecté, surtout à une ère de technologie en évolution rapide qui permet de faire facilement le meilleur travail de votre vie sans être au même endroit que vos collègues.

Digital Réunion rappelle que le digital peut être une solution efficace et un formidable levier pour la continuité économique des entreprises. Dans cette optique, l’association des entreprises du numérique réunionnais a élaboré un Guide des Bonnes Pratiques pour aider les entreprises du territoire à mettre en place le télétravail.

Comme l’ont annoncé le Gouvernement et la Ministre des Outre-Mer dimanche soir, en ce temps de pandémie, la Réunion n’est pas épargnée par le Coronavirus / Covid-19 et des mesures drastiques doivent être appliquées immédiatement. En effet, il nous faut tout faire pour freiner la propagation de ce virus, sécuriser les réunionnais et assurer, malgré tout, la continuité de notre activité économique. Contactés par Digital Réunion, les opérateurs télécoms locaux se déclarent confiants et parfaitement prêts à faire face aux circonstances techniques exceptionnelles liées à cette épidémie pour nous permettre de sécuriser nos salariés via l’application en masse du télétravail.

Télétravail : les bonnes pratiques

Plusieurs solutions technologiques existent déjà et certaines sont indispensables pour le bon fonctionnement du télétravail en entreprise. Tandis que d’autres permettent d’en faciliter la pratique et amènent du confort aux collaborateurs pour une meilleure réussite dans cette nouvelle organisation de travail. Les entreprises peuvent : mettre en place un VPN, donner l’accès à un Webmail, développer une messagerie instantanée, mettre à disposition des outils de communications asynchrones, profiter du softphone, s’appuyer sur le travail collaboratif, migrer des logiciels en mode SaaS, ou encore créer des réunions virtuelles avec la webconférence.

Télétravail, la solution de continuité

Digital Réunion a envoyé ce matin à l’ensemble de ses adhérents une série de conseils pour une mise en place efficace du télétravail.

  • Faire évoluer le management de l’entreprise et resserrer les équipes autours des objectifs importants et subdiviser clairement les activités de chacun, nommer des référents, rappeler les coordonnées de tous…
  • L’actualisation du Document Unique d’évaluation des risques prévue à l’article R. 4121-2 du code du travail est nécessaire. Elle permet de prévoir les mesures de prévention et de protection adéquates.
  • Vérifier avec le DSI ou le responsable que les accès aux données sont bons pour chaque personne en télétravail, et que les matériels fonctionnent.
  • Ne pas hésiter à former soi-même les personnels qui seront en travail distant.
  • Ne pas hésiter à appeler son entreprise de service informatique avec laquelle l’entreprise travaille ou de faire appel à un professionnel indépendant
  • Mettre en place des réunions téléphoniques ou en visio pour échanger sur l’avancée de l’activité de l’entreprise. Avoir des plannings de contacts et de comptes rendus…
  • Ne pas laisser isoler les travailleurs distants en leur faisant retour des résultats de l’entreprise,
  • Ne pas « fliquer » les salariés : toutes les études démontrent que la productivité des travailleurs distants est identique et souvent supérieure que celle en poste dans l’entreprise.
  • Faire valoir les atouts de la situation : sécurité sanitaire, économie de transport…

10 outils pour faciliter la productivité

Il existe de nombreux outils qui faciliteront le télétravail des entreprises. Un descriptif de chacun d’entre eux et consultable en ligne sur le site de DIGITAL REUNION : Skype, TeamViewer, WeTransfer, Google Drive, DropBox ou OneDrive, Google docs, Les groupes privés de Facebook, WhatsApp, Slack, Atolia, Trello.

Google n’a pas perdu de temps et a décidé d’aider les entreprises à garder leurs salariés à distance et à éviter les déplacements en proposant un outil pour faciliter les échanges. Grâce à Hangouts Meet, un outil intégré aux offres G Suite et G Suite for Education, il est possible de tenir des conférences ou d’organiser des réunions à distance. Ainsi, jusqu’au 1er juillet prochain, l’outil est proposé gratuitement aux clients de la suite.

De la même manière, Stéphane Colombel, Président de DIGITAL REUNION, association des entreprises du numérique réunionnais, lance un appel aux entreprises du territoire :
« Le guide des bonnes pratiques est un premier pas, et nous vous demanderons de faire les suivants à nos côtés. En effet, en ces temps de confinement forcé, nous, entreprises du numérique devons accompagner et conseiller nos confrères des autres secteurs touchés par la crise dans la mise en place d’outils numériques collaboratifs. Comme l’a annoncé notre Secrétaire d’Etat au Numérique, Cédric O, si vous, entreprise du numérique, disposez d’outils numériques qui peuvent faciliter le travail collaboratif à distance de vos clients et des autres entreprises, merci de vous faire connaître et de mettre à disposition vos outils au plus grand nombre. »

L’intégralité du guide est consultable en ligne sur le site de DIGITAL REUNION.

Une forte identité de marque est souvent vitale pour une entreprise, car elle influe sur son image et ses ventes. Le processus de la réalisation de l’un prend beaucoup d’efforts et de temps. Voici quelques éléments qui peuvent vous aider à évaluer la qualité de votre marque.

 

La perception de votre marque par vos collaborateurs

Vos employés doivent ainsi comprendre votre identité de marque afin de la transmettre correctement à vos clients. Ce seront en effet les meilleurs ambassadeurs de votre marque. S’ils en ont une perception différente, l’impact sur les ventes pourrait avoir des conséquences négatives. Pour vous assurer que votre équipe a une compréhension claire de votre marque, pensez à leur demander :

 

Qui est votre cible ?

Tous vos employés doivent connaître la principale cible de votre entreprise. S’ils l’ignorent, ils peuvent mettre en œuvre des stratégies inefficaces.

Quelles sont vos valeurs fondamentales ?

Même si celles-ci peuvent être expliquées de diverses façons, assurez-vous que vos collaborateurs sont le plus proche possible de votre vision.

Comment pensent-ils que la marque a évolué au cours des années ?

Votre équipe doit impérativement connaître le passé de votre entreprise. Les collaborateurs doivent également être conscients des changements récents et de l’avenir de la marque.

La perception de l’identité de votre marque par vos employés peut différer de ce que vous voulez présenter à vos clients.

 

Perception de votre marque par les clients

Demandez à vos clients compris le sens de votre marque ? Votre identité est-elle claire pour vos clients ? Pour le savoir, vous pouvez poser une autre série de questions :

Qu’est-ce qui a attiré vos clients vers votre marque ?

Cette question vous permettra de recueillir des commentaires sur votre marque. Vous pourrez alors juger de la qualité de votre marque en analysant les réponses de vos clients.

S’ils en parlent, alors c’est un très bon signe. Leur perception de votre marque est clairement positive.

Certaines choses que vous pensez importantes pour l’identité de votre marque peuvent ne pas apparaître. Dans ce cas, vous devriez retravailler les idées qui ne sont pas claires pour vos clients. Rencontrez votre équipe et passez en revue votre stratégie.

 

Comment évaluent-ils vos employés ?

Cette question peut vous aider à savoir si vos employés sont réellement en train de transmettre les valeurs de votre marque. Vos clients devraient pouvoir mettre l’accent sur des qualités comme la confiance ou l’aide.

Est-ce qu’ils seraient prêts à recommander votre marque à ceux qui les entourent ?

Vos clients devraient en fait recommander votre marque. La partie « pourquoi » de la question mettra en évidence vos forces et vos faiblesses.

 

Des outils pour évaluer votre marque

Il est aussi important d’utiliser les bons outils pour poser ces questions à vos employés et clients. Afin d’obtenir des réponses complètes et, surtout, honnêtes, essayez de trouver des outils qui respectent l’anonymat. C’est le meilleur moyen de s’assurer que les employés diront ce qu’ils pensent vraiment. Ensuite, pour recueillir les réponses de vos clients, vous pouvez également utiliser des questionnaires en ligne. Vous pouvez prévoir une publication sur les médias sociaux ou les envoyer par email après un achat. Si vous possédez un magasin physique, essayez d’utiliser des questionnaires en papier.

Intelligence Artificielle

À l’ère du 2.0, l’IA (Intelligence Artificielle) s’invite dans tous les domaines. Mais qu’en est-il du commerce ? Comment cette technologie révolutionne-t-elle cette industrie ? Entre l’optimisation des services, le gain de temps considérable et la réduction des coûts, voyons les divers avantages de l’IA dans le commerce.

 

Des applications concrètes qui transforment les métiers

Selon l’économiste Philippe Moati, « l’intelligence artificielle peut redonner du tonus au business ». Par ailleurs, Christian Pimont rajoute que cela peut aider les gros acteurs qui ont perdu leur vélocité, à reprendre la main. Il estime que ces données offrent une approche différente du métier sans remettre en cause la qualité. Il s’agirait plutôt d’un « accélérateur d’évolution », rendant le commerce plus efficace et rapide.

 

Les chaines de grande distribution et l’Intelligence Artificielle

Certaines enseignes ont d’ailleurs joué la carte du Machine Learning en se tournant vers les géants de la tech. Carrefour a ainsi expérimenté 70 Use Cases prioritaires. Le distributeur avait noué un partenariat avec le géant Google il y a un an. Cela concerne ainsi :

La prévention des ruptures en linéaires ;

La personnalisation des coupons ;

L’optimisation en commerce de proximité ;

Les prévisions des ventes e-commerce pour mieux préparer les commandes ;

L’analyse automatisée de l’assortiment.

 

Intelligence Artificielle : scruter les ventes en ligne et hors ligne

L’Intelligence Artificielle est également mise à profit pour prédire les produits à fort potentiel. En effet, il est possible de mettre au point un algorithme capable de scruter les ventes en ligne et hors ligne. Ce dernier serait capable de détecter des signaux sur certains produits dont la vente est plus « discrète ». Le but est alors d’améliorer le marketing de ces « best-sellers qui ne se voient pas » en relayant l’information aux magasins concernés.

 

Future Score : un outil pour identifier les futurs best-sellers

Future Score est une plateforme SAAS immédiatement accessible. Baptisée la « Tinder » des produits, cette dernière analyse le comportement des potentiels clients afin de repérer les futurs best-sellers. Le Machine Learning analyse les erreurs et se combine à l’expertise des acheteurs. Par ailleurs, Eram travaille en collaboration avec Datakalab pour déterminer, en monitorant l’eye tracking sur des clients volontaires. Ainsi, les produits qui génèrent l’émotion et méritent un merchandising différent.

 

Optimiser les stocks et générer moins d’invendus

Un autre objectif de l’Intelligence Artificielle dans le commerce est de limiter le gaspillage. Pour cela, il est possible d’optimiser les stocks et se retrouver ainsi devant moins d’invendus. À titre d’exemple, Auchan est parvenu à réduire de 10 tonnes la nourriture gaspillée grâce à un outil d’optimisation basé sur l’Intelligence Artificielle.

 

Le pouvoir prédictif des réseaux sociaux

La start-up Heuritech, quant à elle, est spécialisée en reconnaissance d’images. Elle a alors mis sur pied une solution pour scruter les tendances émergentes sur les réseaux sociaux afin d’anticiper la demande. « 75% des achats sont influencés par les réseaux sociaux », explique Tony Pinville, CEO. Selon lui, si on suit les bonnes personnes sur Instagram, on anticipe de six à neuf mois les ventes futures. Résultat : des stocks et des erreurs minimes.

 

L’IA, un simple outil au service d’une profonde mutation

Toutefois, il faut garder en tête que l’intelligence artificielle sert avant tout à améliorer des choses qui existent déjà. Le Machine Learning, bien qu’il doive être au cœur de l’agenda des distributeurs, n’est pas une fin en soi. C’est en tout cas ce qu’explique François Loviton, vice-président chez Google France. En résumé, il faudrait maintenir un équilibre entre automatisation, rapidité et praticité.

 

Jean-François Gomez, Microsoft France, « l’intelligence artificielle doit servir à augmenter l’ingéniosité, à former les collaborateurs, qui doivent redevenir des commerçants, et non des opérateurs en surface de vente ».

 

Social-Media-2019

Les réseaux sociaux n’ont pas pris une ride en 2019. Bien au contraire, ces plateformes ne cessent d’évoluer et de rivaliser en termes d’innovations et de nouvelles fonctionnalités. Ainsi, il est important de peaufiner sa stratégie Social Media 2019 pour maintenir l’intérêt de vos clients, voire en acquérir de nouveaux.

 

Facebook dans la stratégie Social Media 2019

Existe-t-il une bonne façon d’utiliser Facebook, surtout en termes de Social Media Marketing ? Alors que la plateforme ne cesse d’évoluer et de modifier ses paramètres, il est crucial de surfer sur la vague des tendances pour ne rien manquer. Comment mettre à profit le site de Mark Zuckerberg ? Plusieurs choses peuvent vous aider à optimiser au maximum votre page et augmenter votre portée. Commençons donc par le chatbot. L’Intelligence Artificielle s’intègre partout, et les réseaux sociaux n’y échappent pas. Même si rien ne vaut le contact humain, le chatbot est de plus en plus présent en stratégie de marketing. Parmi ses avantages, il y a indéniablement la rapidité des réponses apportées. En plus d’apporter une réponse immédiate, vous ferez des économies au niveau du service client. Et pour ne rien gâcher, il apprend au fil des conversations pour apporter des réponses de plus en plus pertinentes.

 

Et les groupes ?

À peu près tous ceux qui possèdent un compte Facebook font partie d’au moins un groupe. En effet, de nombreuses entreprises y ont trouvé le moyen idéal d’être vu malgré les changements d’algorithme. De plus, cela permet de fidéliser sa clientèle qui trouve exactement ce qu’elle recherche sur une seule page. Ainsi, plus besoin de payer pour rester visible sur le réseau social, il suffit de créer un groupe fermé. Par ailleurs, c’est un bon moyen de proposer du contenu en avant-première ou d’envoyer des notifications automatiques à tous les membres. De cette façon, ils reçoivent une notification, ce qui renforce les chances d’être vu.

 

Comprendre et maîtriser l’analyse de données

Les outils Analytics peuvent devenir vos meilleurs alliés si vous les utilisez à bon escient. En effet, pour comprendre le comportement des utilisateurs, il n’y a pas mieux. Ainsi, il est important de maitriser l’analyse des données car c’est la clé d’une bonne stratégie de conversion. Et pour les maitriser, il faut d’abord les comprendre. Pensez-donc aux outils qui réunissent et analysent ces données. Quelques exemples, outre l’outil éponyme de Google, sont Search Console, GTmetrix, Yooda Insights ou encore ce bon vieux App Annie.

 

Les nouveaux médias sociaux

Toutefois, il ne faut pas axer toute sa stratégie sur Facebook. Aussi populaire soit-il, un certain déclin a quand même été noté au cours des dernières années. Cela concerne plus particulièrement les jeunes, qui se tournent davantage vers d’autres plateformes telles que Snapchat et Instagram. Cela concerne surtout les moins de 25 ans, selon une étude du cabinet eMarketer. Il est donc important de rester à l’affut des tendances et d’étendre sa présence aux différents supports de Social Media pour atteindre plus facilement sa cible. En effet, investir du temps dans un nouveau canal porteur pourrait représenter un excellent ROI (Return on Investment).

 

Les stories ont toujours la cote en 2019

On les retrouvera sans doute bientôt sur Excel ! Mais plus sérieusement, les stories sont désormais incontournables sur les réseaux sociaux. Même les sites de rencontres s’y mettent. Nouvelles fonctionnalités, stickers…tous les outils sont à votre disposition pour créer des stories captivantes. N’hésitez donc pas à les utiliser sans modération car les stories bénéficient généralement d’une excellente visibilité auprès des utilisateurs. Il est même supposé qu’en 2019 on pourra faire son shopping directement via les stories… À suivre !