SEO local : booster la visibilité de votre entreprise multi-adresses

, ,

Votre entreprise possède-t-elle plus d’une adresse ? Si c’est le cas, le SEO local pourrait vous aider à donner de la visibilité à tous vos points de vente. Avec l’évolution du référencement naturel, ainsi que du comportement même de l’internaute, les algorithmes de Google ont également évolué. Voici donc comment s’assurer que toutes vos adresses aient la même visibilité.

 

Distinguer votre marque et vos points de vente

Tout d’abord, il faudra s’assurer que le référencement local prenne en considération les différents emplacements. Ainsi, il faudra faire une distinction entre votre marque et vos lieux de vente. Pour cela, il est possible de créer des pages avec des URL différentes. Le contenu devra bien entendu être adapté en fonction. Cela vous apportera un SEO local plus important qui tiendra compte de l’emplacement physique, mais aussi des mots-clés et de l’activité.

 

Qui dit SEO local dit aussi URL locale

L’avantage à avoir plusieurs points de vente c’est la proximité avec vos clients. Ainsi, n’hésitez pas à en jouer dans vos URL en les personnalisant selon le point de vente. De ce fait, vous pourriez avoir une page qui représente votre entreprise de manière générale. Ensuite, vous proposez une page qui mentionne vos différents emplacements. Pour aller plus loin, pensez à créer autant de pages dédiées qu’il y a d’emplacements physiques. L’ancrage géographique est ainsi optimisé. Toutefois, pensez à personnaliser les pages au risque de vous faire sanctionner par Google pour duplicate content.

 

Des pages uniques pour chaque emplacement

Chaque page doit donc être travaillée de manière unique, en pensant correctement votre linking interne. Ainsi, vous pourrez alors bénéficier des effets du référencement naturel local, et accéder à des positions pertinentes pour votre « business physique ».

Vos pages pourraient contenir :

Le nom, l’adresse et les contacts liés à l’emplacement ;

Du contenu propre au point de vente (personnel présent, actualités liées, événements) ;

Une section d’aide pour s’y rendre (grâce à une carte et des itinéraires ;

Les visuels et vidéos associés ;

Des commentaires et avis propres à un emplacement spécifique.

Pensez ensuite à lier le tout avec un Google My Business. C’est un atout à exploiter lorsque l’on possède un ou plusieurs lieux de vente.

 

Développer la crédibilité SEO de ses pages

Pour un SEO local réussi, il est important de développer la crédibilité de ses pages d’établissement. De ce fait, si vous voulez optimiser le référencement naturel de vos pages, il faudra mettre au point une stratégie de backlinking pour chacune d’elles. Pour y parvenir, vous pouvez travailler avec des événements locaux (sous forme de sponsoring ou de partenaire). Vous avez aussi la possibilité de développer votre stratégie de contenus vers l’extérieur avec un retour vers certaines de vos pages.

 

Pensez à votre cible avant tout

Il reste toutefois indispensable d’appuyer le local par des pages spécifiques ou une prise en compte de cette dimension sur vos réseaux sociaux. Cela s’applique plus que jamais dans la dynamique actuelle où de plus en plus d’annonceurs se perfectionnent en termes de référencement. Toutefois, comme évoqué dans des articles précédents, il est crucial de penser avant tout à votre cible. Comment va-t-elle vous rechercher sur Google ? Que va-t-elle taper ? Que va-t-elle trouver ? Qu’est-ce qui va créer le déclic et amener à une prise de contact ? C’est en répondant à ces questions et en vous plaçant en tant que cible, que vous construirez la meilleure stratégie de SEO.

Liens internes : comment ils boostent vos résultats sur la SERP

Sur un site web, les liens servent à relier les contenus. D’ailleurs, les liens internes (aussi appelé maillage interne) définissent la structure de votre site web. Ils aident les utilisateurs à naviguer entre les pages et à découvrir d’autres articles de votre blog plus facilement. Au niveau des moteurs de recherche, un lien interne permet également de comprendre le site web.

 

Un meilleur taux de conversion grâce aux liens internes

Un autre avantage à mettre en place une bonne stratégie de liens internes, c’est le taux de conversion. En effet, avec une bonne stratégie de liens internes, vos pages sont indexées plus facilement. De ce fait, les visiteurs qui auront trouvé facilement ce qu’ils veulent ont plus de chances de devenir des clients. Voici quelques pistes pour booster vos résultats sur la SERP grâce aux liens internes.

 

Créer un content hub pour booster votre rang sur la SERP

Certains sites web ont recours au content marketing pour s’imposer sur une sélection de thèmes, mais aussi pour la croissance de leur site. Pour cela, les liens internes peuvent booster le contenu afin d’obtenir une meilleure performance. En effet, en renforçant les sujets principaux et en regroupant les contenus connexes autour des pages pilier, vous offrez une ressource complète afin d’encourager les visiteurs à l’ajouter en favoris et à y revenir au besoin. Cette page pilier servira de « porte d’entrée » de votre site web. C’est donc idéalement celle sur laquelle vos visiteurs doivent tomber suite à leurs recherches. Ainsi, les pages vers lesquelles vous effectuez des liens internes peuvent faire toute la différence quant à la validité de votre contenu aux yeux des moteurs de recherche.

Et pour mieux visualiser la structure de votre maillage interne, vous pouvez utiliser OnCrawl par exemple. À savoir qu’un content hub utilise les liens internes pour renforcer la connexion entre les pages. Par ailleurs, utiliser les liens internes pour bâtir des content hubs thématiques peut améliorer le taux de clics sur votre site web. Ainsi, plus les page d’une rubrique sont reliées les unes aux autres, meilleur sera le positionnement de ce groupe de contenu sur  la SERP.

 

Réduire le Page Depth

Pour commencer, réduisez votre Page Depth. Il s’agit du nombre de clics requis pour atteindre une page, en partant de la home page. Cela a toute son importance car les pages les plus proches de la home sont celles qui attirent mieux l’attention de Google. Comprenez par cela que moins l’internaute aura besoin de cliquer pour accéder au contenu, votre site web aura plus de chances d’être mieux classé sur la SERP. Quelques façons de réduire le Page Depth d’un site sont :

  • Augmenter le nombre de pages recommandées ou similaires qui apparaissent sur votre page produit. Pour cela, il faut augmenter les liens internes dans une même catégorie par exemple.
  • Doubler le nombre de catégories listées sur la home page pourrait permettre de placer plus de pages près de la home page.
  • Réduire le nombre de pages navigables dans une catégorie. Augmentez plutôt le nombre d’items par page et mettez-en moins par catégorie. Si une rubrique passe de 7 pages à 5, les URL listées sur les pages 6 et 7 gagnent au moins 2 clics en termes de Page Depth.

Grâce à ces quelques astuces, le Page Depth d’un site web passe aisément de 50+ à moins de 15. De plus, il a été observé que les pages produits des sites d’e-commerce sont crawlées en moins de temps en réduisant le Page Depth. Ainsi, Google parvient à mieux indexer les nouveaux produits, ce qui rend les campagnes de promotions (entre autres) plus efficaces et rentables.

 

Promouvoir un groupe de pages reliées à un évènement

Vous avez sans doute déjà eu recours aux grands marronniers pour promouvoir vos produits (Noël, Saint-Valentin, Fête des Mères, etc.). Il est possible de promouvoir ces pages en créant une landing page (ou page de renvoi). Cette dernière doit contenir suffisamment de texte pour se placer correctement sur les moteurs de recherche. De plus, il faut qu’elle soit directement centrée sur l’évènement dont il est question. Une date et un compte à rebours sont également des éléments intéressants à placer sur cette landing page.

Non seulement cela répondra aux requêtes de vos visiteurs, le compte à rebours permettra également d’augmenter la fréquence de crawl. Ensuite, utilisez vos liens internes (produits similaires, contenu associé, etc.) pour faire profiter de la popularité de la landing page aux pages connexes. Vous pouvez également avoir recours au maillage interne pour promouvoir la landing page sur votre site. En utilisant une ancre pertinente, vous pouvez la linker à partir de la home page. Rendez-la aussi accessible à partir d’un maximum de pages sur votre site.

 

Quelques bases du maillage interne

En résumé, une bonne stratégie de maillage interne peut augmenter l’autorité du domaine de votre site web sur un sujet. Votre taux de clic sera également amélioré, ce qui boostera considérablement votre positionnement sur les moteurs de recherche. Apportez donc ce petit plus à votre stratégie SEO grâce à ces quelques astuces.

Développeur web : 5 choses à vérifier pour livrer un site de qualité

,

Du design aux fonctionnalités, en passant par la rapidité de chargement, un site web de qualité doit respecter certains critères. Il y en a d’ailleurs 5 en particulier que vous ne devriez pas négliger. Ceux-ci prouveront non seulement vos compétences de développeur web, ils pourraient également jouer en faveur de votre notoriété.

 

Le design

La première chose qui sautera aux yeux de votre client, c’est le design. Ce sera la vitrine qui permettra à votre prospect de voir comment son entreprise apparaitra aux yeux des futurs utilisateurs. Comment s’assurer alors que le design est de qualité ? D’abord, il doit être unique (tout en respectant le cahier de charge). Toutefois, vérifiez quand même que les site web ne soit pas trop chargé et que les couleurs et la police d’écriture ne soient pas trop contrastés.

 

La qualité du contenu

Un contenu de qualité, à proprement parler, est : rapidement compréhensible, interactif et lisible. De plus, gardez la cible en tête car le contenu proposé doit être pertinent et en accord avec leurs attentes. Petit plus = évitez à tout prix les fautes d’orthographe. La qualité se transcrit également par le respect des règles de grammaire. Pour cela, n’hésitez pas à faire appel aux services d’un rédacteur professionnel si besoin.

 

Une bonne optimisation SEO

Indépendamment de la demande du client, un développeur web se doit d’optimiser le site d’un point de vue SEO. Quelques bases d’un bon référencement, pour rappel, sont : des balises Hn, un maillage interne soigné, des mots-clés pertinents et des balises title et description bien travaillées. Vous pouvez même aller plus loin en générant un sitemap pour le soumettre à Google.

La sécurisation des données

Il va sans dire qu’un site web de qualité est avant tout un site sécurisé. N’oubliez pas que les données doivent impérativement être protégées des spammeurs et autres hackers. Ainsi, le développeur web doit mettre en place un système de sauvegarde des données. Il faut également penser à tester les restaurations. Ensuite, un .htaccess protègera les dossiers sensibles tandis qu’une connexion chiffrée évitera que les données soient interceptées. Par ailleurs, limitez l’accès à l’interface admin.

 

La rapidité de chargement

On ne le dira jamais assez, la rapidité séduit le client 2.0. Un site web qui a un temps de chargement trop long risque d’avoir un taux de rebond important. Pour éviter que le client ne s’en aille avant même d’avoir pu consulter vos pages, assurez-vous d’optimiser le temps de chargement. Ce détail est crucial pour l’expérience utilisateur et jouera en votre faveur auprès de Google également.

Cette petite checklist, non exhaustive, devrait déjà vous permettre de couvrir quelques éléments essentiels.

 

Recherche vocale Ok Google : quelle incidence sur le SEO ?

Les enjeux de la recherche vocale sont de plus en plus discutés. Mais qu’est-ce que cela implique ? Et surtout, quelle est son incidence sur le SEO ? Voyons donc comment la recherche vocale a commencé à interagir avec d’autres formes de technologies de recherche, et comment elle s’intègre dans le paysage du Search Engine Optimisation en 2018.

 

Qu’est-ce que la recherche vocale ?

La recherche vocale est tout simplement une technologie de reconnaissance vocale permettant aux utilisateurs de faire des recherches autrement. En effet, cela se fait à voix haute au lieu de taper une requête dans une barre de recherche. L’intérêt pour la recherche vocale a connu une croissance certaine à l’ère du smartphone et autres appareils dits intelligents. Les applications de recherche vocale servent notamment à :

Faire des requêtes dans les moteurs de recherche

Demander des informations telles que le temps qu’il fait ou un résultat sportif

Lancer des programmes et/ou des applications

Rechercher du contenu comme des fichiers vidéo ou audio

Etc.

 

Qui sont ces assistants virtuels ?

« Ok Google, appelle maman », « Dis Siri, quel temps fait-il aujourd’hui ? ». Ces phrases sont devenues communes (voire banales) au bureau, à la maison ou ailleurs. En chiffres, on comptait 33 millions d’assistants vocaux en circulation en 2017. D’ailleurs, Google n’est pas le seul à investir dans ces assistants vocaux. Chez Amazon, on retrouve Alexa, Cortana fait désormais partie intégrante de Windows 10 et chez Apple, celle qu’on ne présente plus : Siri. Sans compter Bixby chez Samsung ou encore Alice de Yandex, pour le marché russe.

 

Qu’en est-il du SEO vocal ?

En termes de SEO, il s’agit d’optimiser son référencement naturel en prenant en compte les recherches vocales. Le référencement naturel doit ainsi se baser sur des requêtes faites à voix hautes et pas seulement celles qui sont entrées sur Google. Le SEO vocal ne se positionne pas comme une nouvelle méthode d’optimisation en soi. Il s’agit plutôt de booster les requêtes issues de la longue traine. On étend ainsi le champ de recherche une fois qu’on n’est plus limité pas l’utilisation seule du clavier.

 

Alors que ce phénomène n’en est encore qu’à ses débuts, la montée en puissance de ces outils requiert l’optimisation de la recherche vocale sur vos sites. Il n’y a pas de statistiques accessibles sur le nombre de requêtes faites avec la voix. Toutefois, une chose est sûre, la tendance de la recherche vocale est en hausse et bientôt, celle-ci pourrait même dominer largement les autres modes de recherches. Selon le rapport Internet Trends de Mary Meeker en 2016, les recherches vocales ont été multipliées par plus de 35 entre 2008 et 2016. Location World estime que plus de 40% des adultes utilisaient la recherche vocale au quotidien en 2016. Enfin, une étude de Comscore démontre que les recherches vocales s’élèveront à 50% des recherches totales sur Google en 2020.

 

Vers des recherches uniquement orales ?

Dès l’instant où les questions ne se tapent plus au clavier mais se posent de vive voix, cela implique forcément des changements dans le domaine du référencement naturel. Exit les mots-clés classiques pour trouver des informations sur le Web. La recherche vocale étend le champ de possibilités. En effet, il devient beaucoup plus aisé de dicter une demande, mais surtout plus rapide. En moyenne, les humains parlent 150 mots par minute alors qu’ils mettraient le même temps pour en taper 40.

 

Optimiser son site pour la recherche vocale

Il existe heureusement des méthodes pour optimiser son site pour la recherche vocale. Par exemple, il est possible de rédiger du contenu optimisé pour la recherche vocale. Pour cela, il doit être d’un ton naturel (pensez conversationnel). On ne parle pas forcément comme on écrit, gardez cela en tête pour optimiser au mieux votre site. Le résultat de la recherche vocale typique est de seulement 29 mots, selon une étude de backlinko. Tout comme pour une recherche écrite, l’internaute voudra une réponse rapide et précise.

 

Comment rédiger votre contenu pour la recherche vocale ?

Construisez votre contenu autour de questions. Faites une recherche des questions que les utilisateurs se posent le plus autour du sujet dont vous voulez parler, grâce à des outils comme AnswerThePublic, et faite en sorte que votre contenu réponde à cette interrogation. Vous pouvez également cliquer sur la partie “Autres questions posées” sur Google, puisqu’en cliquant sur une des questions proposées, d’autres questions apparaissent. C’est une véritable mine d’or pour trouver des idées de sujets auxquels les utilisateurs s’intéressent.

 

Attention toutefois à ne pas suroptimiser

Un contenu pertinent doit fonctionner de manière transparente avec l’Assistant Google. Ainsi, une suroptimisation de votre contenu aura un impact négatif sur la qualité. Par exemple, créer un contenu court uniquement pour répondre à des recherches vocales est un signe de mauvaise qualité d’un site Web aux yeux de Google. Essayez au maximum d’équilibrer tout cela en rendant le contenu plus conversationnel et anticipez les questions des internautes. Les recherches ne ressembleront plus à « meilleur appareil photo numérique », mais se transformeront en « Alexa, où puis-je trouver une caméra vidéo étanche fonctionnant avec Facebook Live ? ». Songez à proposer des réponses rapides et concises à ce genre de requête.

 

En conclusion, ne pas inclure le SEO vocal dans votre stratégie de référencement naturel pourrait s’avérer préjudiciable dans les mois et les années à venir. Google, Amazon et Apple sont pour l’instant les principaux acteurs de la recherche vocale. De plus, il semble inévitable que les plateformes sociales telles que Facebook ou Twitter ajoutent des fonctionnalités de recherche vocale à l’avenir.

 

L’ampleur de cet impact sur le SEO

Pour le moment, personne ne sait avec certitude quel sera l’impact de la recherche vocale sur le référencement. Toutefois, vu la vitesse à laquelle elle évolue et l’incidence qu’elle commence déjà à avoir sur la recherche locale et le référencement, on peut émettre une certitude : on ne comptera plus 10 résultats sur la SERP lors d’une recherche via un assistant virtuel, mais un seul. Vous ne serez donc plus en compétition pour être présent sur la première page, mais pour être le numéro un sur cette page.

Un marketing web efficace, c’est possible quand on est une PME

On ne fait pas de gâteau sans recette ! De même, sans une bonne stratégie de marketing web, il peut s’avérer très difficile de réussir à se faire connaitre sur le Net quand on est une PME. Pour démarrer sur le bon pied et éviter de tomber dans certains pièges, il y a quelques règles à connaitre. Suivez le guide !

 

Bâtir une stratégie marketing web 100 % performante

Ce n’est pas chose impossible ! Il faut avant tout bien définir ses objectifs et établir un plan d’action. La première chose à faire est d’optimiser votre site web. En plus d’apporter de l’information, il doit être le miroir de votre entreprise. Ainsi, il faut qu’il soit ergonomique, accessible, rapide et pertinent. Votre but ultime en termes de marketing web étant d’avoir le meilleur taux de conversion possible, vous devrez donner envie à vos visiteurs de rester et de revenir.

Plusieurs aspects vous aideront à fidéliser votre clientèle : contenus, arborescence, formulaires et boutons d’action.

 

Le SEO est votre meilleur allié

Misez sur le référencement naturel, ou SEO (Search Engine Optimization). C’est un bon moyen d’obtenir des backlinks et de gagner en visibilité sur les moteurs de recherche. Analysez les mots-clés qui sont pertinents pour votre domaine d’activité et faites une veille concurrentielle afin d’adopter les bonnes stratégies de marketing web et d’avancer dans la bonne direction.

 

En plus du SEO, faites du SEM !

D’un aspect plus marketing, vous pourrez renforcer votre présence sur le web de manière non négligeable à travers des mots-clés ciblés. Campagnes Adwords, contenus sponsorisés, annonces…sont des incontournables sur les moteurs de recherche. Ces campagnes SEM vous garantissent une visibilité sur la première page des moteurs de recherche. En mettant à profit la géolocalisation, vous aurez l’opportunité de proposer du contenu encore plus ciblé.

 

Soyez présents et actifs sur les réseaux sociaux

On ne le dira jamais assez, n’oubliez pas les réseaux sociaux. L’âge d’or des médias sociaux ne semble pas encore prêt à s’arrêter alors autant le mettre à profit. À l’ère du social networking de proximité, les PME ont tout intérêt à s’y mettre pour être plus proches de leur cible. Qu’il s’agisse des géants comme Facebook et Instagram ou encore de Twitter et LinkedIn, les réseaux sociaux ont l’avantage d’apporter l’information en direct et de la diffuser rapidement à une large audience. Toutefois, une fois encore il ne faut pas oublier de proposer du contenu de qualité, pertinent et de façon régulière afin de maximiser votre taux de conversion. Créez de l’engagement !

 

Pensez à l’email pour votre marketing web

Si vous êtes de la vieille école et que vous n’êtes pas encore tout à fait prêt à franchir le cap des réseaux sociaux, il reste l’option du marketing web via email. Cela peut vous permettre de rester en contact avec vos prospects ou de générer du trafic sur votre site. Il faudrait néanmoins s’assurer que votre stratégie est bâtie sur de bonnes bases. Pour cela, assurez-vous que les échanges soient pertinents, voire personnalisés.

 

Le marketing web passe aussi par une mise à jour régulière

La prochaine étape est de fournir du contenu régulièrement. En effet, outre la pertinence, il faut également s’assurer de nourrir les moteurs de recherche régulièrement. Un site peu ou pas mis à jour perdra rapidement en visibilité et risque également de perdre quelques lecteurs fidèles en route. Pensez donc à créer du contenu à un rythme régulier pour engager vos lecteurs. Pour vous aider, vous pouvez créer un calendrier rédactionnel à partir des sujets qui pourraient intéresser vos followers.

 

En adoptant les bonnes stratégies de référencement, vos articles continueront de générer du trafic et des backlinks de qualité bien après leur publication.

Backlinks : quelle stratégie adopter pour en obtenir ?

Backlinks : quelle stratégie adopter pour en obtenir ?

Vous vous êtes sans doute déjà demandé comment augmenter vos backlinks, ou du moins comment en obtenir de meilleurs pour un référencement réussi. Quelles sont les stratégies à mettre en place ? Et surtout quelles sont les plus efficaces pour ne pas se noyer dans l’immense océan de Google ? Si, comme un de nos lecteurs, vous avez déjà fait les frais d’investir dans des backlinks sans obtenir les résultats escomptés, ceci devrait vous intéresser.

 

Quelques règles d’or pour obtenir des backlinks

 

Soyez à la page

Si on veut avoir de bons backlinks et être dans les bonnes grâces de Google, il faut avant tout proposer du contenu pertinent, mais aussi d’actualité. En faisant quelques recherches, vous pourrez découvrir les idées en vogue et contacter des experts pour obtenir leur point de vue. Posez-leur quelques questions qui pourraient susciter l’intérêt. Il peut s’agir des changements importants de ces dernières années, des conseils et astuces pour résoudre un éventuel problème ou encore de ce qui, selon eux, va révolutionner l’industrie. Vous obtiendrez ainsi plus de matière et votre article pourrait même devenir une référence.

 

Réagissez sur les opinions populaires

Si vous le préférez, vous pouvez également aller dans l’autre sens et réagir sur une opinion déjà populaire. Au choix, vous y apportez votre contribution ou vous décidez de contrecarrer l’idée et de créer un débat (plus risqué). Dans un cas comme dans l’autre, vous vous ferez remarquer à coup sûr. Sinon, un autre moyen efficace d’obtenir un article pertinent et riche est d’assister à des conférences ou autres évènements relatifs à votre domaine. Aller à la chasse au scoop et obtenir des interviews exclusives sera un bon moyen d’obtenir des backlinks. Cela pourrait aussi booster le nombre de partages de votre article.

 

Une image vaut 1000 mots

Ce n’est pas un secret, les images suscitent bien plus d’intérêt que les textes. En créant une infographie, vous attirerez l’œil de vos lecteurs et optimiserez vos chances d’avoir un maximum de partages. Pour preuve, une infographie publiée sur Abondance.com a obtenu 4 053 backlinks, provenant de 90 sites différents. Simple, efficace et parlant, il n’y a rien de tel qu’un beau graphique pour taper dans l’œil des lecteurs, et du géant Google par la même occasion.

 

 

 

Recyclez vos liens cassés

Un lien cassé n’est pas forcément un lien perdu. Comment trouver et réutiliser ces liens ? D’abord, vous avez la possibilité d’utiliser certains outils tels que brokenlinkbuilding.com pour trouver les liens cassés. Ensuite, pour les réutiliser, vous pouvez contacter le webmaster. Il serait d’ailleurs judicieux de vérifier le trafic de cette page qui a un lien cassé vers vous. Utilisez SEMrush pour connaitre le trafic, car plus celui-ci est élevé, plus il serait intéressant de demander au webmaster de corriger le lien.

Autrement, vous pouvez faire vous-même une redirection 301, ce qui sera un plus pour vous au niveau de Google. En effet, en redirigeant les moteurs de recherche vers le nouvel emplacement d’un lien mort, Google transfère la popularité de l’ancienne page vers la nouvelle.

 

Surveillez de près vos concurrents

Google Alerts est un outil gratuit qui vous permet de surveiller les tendances selon les mots-clés que vous aurez choisis. Une méthode efficace pour rester à l’affut de ce que font vos concurrents et de leurs stratégies pour obtenir des backlinks. Vous pourrez même obtenir des liens à partir de ces sites. D’autres outils tels que Majestic offrent aussi des options très intéressantes. Par exemple, la possibilité de connaitre quelles pages ont créé un lien vers le site entre 2 dates de votre choix.

 

Soyez proche de votre communauté

Les réseaux sociaux sont rapidement devenus une vitrine numérique à faible coût. Mais il ne faut pas oublier que ce sont avant tout les internautes qui y définissent les règles. Interagissez de la manière la plus naturelle possible avec les différents groupes. Cela peut être sur Facebook, LinkedIn ou sur des forums populaires. Attention toutefois à ne pas faire de pub flagrante, au risque de vous faire bannir. Participez aux discussions ! Apportez un plus au débat et une valeur ajoutée à la conversation, cela pourrait déboucher sur des collaborations fructueuses.

 

Pour finir, la règle d’or reste de proposer du contenu pertinent. Vous vous tromperez rarement en offrant des articles de qualité. De plus, en misant sur des techniques de link building naturelles, vous aurez moins de chances de vous faire dévorer par nos amis Google Penguin et Google Panda. Évitez donc le Black Hat avec des outils qui créent des liens automatiques par exemple. On pensera notamment à GSA, Ultimate Démon et SENuke, entre autres.

Faites le buzz avec une couverture médiatique digitale !

Il y a quelques semaines de cela, nous vous parlions de la stratégie du « Guest blogging », propice à un meilleur référencement sur la toile. Intéressons-nous aujourd’hui aux médias, un autre excellent moyen d’augmenter votre visibilité sur internet, à condition de capter leur attention !

Les médias en ligne, pourtant moins bien référencés sur les réseaux sociaux (et particulièrement sur Facebook depuis son changement d’algorithme), peuvent représenter un outil du marketing digital incroyablement efficace et dans l’ère du temps. Encore faut-il savoir s’en servir et pour cela, soigner ses relations publiques et sa stratégie de communication. Greggs, une chaîne de boulangeries britannique très connue au Royaume-Uni, est le parfait exemple de ces entreprises qui maîtrisent ce savoir-faire. Présente dans presque toutes les villes du pays, l’enseigne était associée à de la nourriture malsaine (comme les rouleaux de saucisse anglais ou les pâtisseries). La chaîne de boulangeries a récemment décidé de se réinventer et de proposer à la clientèle son nouveau menu d’été « healthy » à base de salades et de wraps.

La question qui se pose alors est :

Comment attirer l’attention des médias pour faire le « buzz » sur internet et de ce fait, promouvoir ses produits ?

La réponse en une phrase : leur donner quelque chose d’inouï à raconter.

La stratégie de Greggs a été de créer une « marque », appelée Gregory & Gregory et de s’infiltrer dans un festival gastronomique en plein air. Leur popup stand proposait un menu composé d’aliments sains (les wraps et les salades).

Les employés de Greggs ont encouragé les gens à essayer leurs produits. Ils ont ensuite révélé qu’ils faisaient partie de la chaîne Greggs et ont filmé leurs réactions.

 

 

L’histoire a fait l’objet d’un article dans un journal gratuit du métro londonien et a également été reprise au niveau national par The Sun. Des articles papier, mais surtout en ligne, qui ont su redorer le blason de Greggs. Sans l’élaboration de cette stratégie, l’annonce de leur nouveau menu serait sans doute passée inaperçue, d’où l’importance des relations presses digitales.

Quelles leçons de relations presse en tirer ?

On peut tirer de cette stratégie 5 leçons de relations publiques :

  1. Ne soyez pas ennuyeux. Cela se joue sur votre capacité à ne pas être prévisible. Une entreprise ennuyeuse aurait envoyé un communiqué de presse pour annoncer l’arrivée en boutique de nouveaux menus, mais ce n’est pas une bonne façon d’obtenir une couverture médiatique. Par exemple, Greggs a choisi de jouer avec la surprise du consommateur pour intriguer les journaux comme les lecteurs et créer un réel renouveau de la marque. Participer à un événement permet d’impliquer des personnes extérieures à l’entreprise et de ce fait, d’obtenir des réponses spontanées qui attirent l’attention des journaux.

 

  1. Choisissez vos outils de communication avec soin. Greggs a planifié son événement pour le plus grand festival gastronomique du Royaume-Uni à Brentford en mai 2018 : The Foodie Festival. Un lieu idéal qui touche un large public bien informé et qui donne l’occasion d’interagir avec de vraies personnes, dont des blogueurs culinaires.

 

  1. Gardez pour objectif de faire passer un message. Les annonces en relations publiques représentent le danger que la nouvelle prenne le dessus et que le message de l’entreprise soit perdu. La stratégie déployée par Greggs n’a pas seulement engendré une bonne performance. Elle a aussi fait passer un message fondamental et important : Greggs offre à présent de la nourriture très appréciée par les ‘foodies’ et le grand public. La participation à la foire alimentaire a été une grande démonstration de ce message dans la pratique.

 

  1. Tablez sur une stratégie, non seulement originale, mais dont l’effet est amusant ! Le personnel sur le stand et les clients qui ont testé la nourriture ont pris beaucoup de plaisir, surtout quand l’identité réelle de Gregory & Gregory a été révélée. Les émotions provoquées chez les participants et leur retour en témoignent.

 

  1. Capturez des images qui racontent une histoire. Les photos, et plus encore les vidéos sensationnelles sont un outil de buzz inégalé sur les réseaux sociaux. Lorsque la véritable identité de la marque a été révélée, les participants ont montré une véritable surprise, se sont moqués d’eux-mêmes et ont parlé avec enthousiasme au personnel. Greggs s’est assuré de capturer de superbes vidéos et photos qu’ils ont pu utiliser presque immédiatement. Cela n’a pas de prix en communication et un tel contenu visuel a rendu l’histoire facile à écrire pour le journaliste.

 

Élaborez une stratégie de communication sur le long terme

Gardez cependant à l’esprit que vous ne pourrez jamais garantir le succès d’une campagne de relations presse. Potentiellement, d’autres articles peuvent être en compétition pour attirer l’attention de la presse. Celle-ci pourrait aussi ne pas remarquer votre présentation.

L’efficacité en relations presses digitales ne se résume donc pas à une performance, mais à une stratégie sur le long terme. Le succès d’un seul événement n’est pas garanti, mais si vous donnez de la matière à la presse pour raconter de belles histoires tous les mois ou tous les deux mois, vous devriez remporter un certain nombre de succès au cours de l’année.

Obtenir un lien éditorial est aussi un objectif, bien que plus difficile à atteindre. Si Greggs a bénéficié d’une bonne couverture médiatique pour cet événement, l’entreprise n’a obtenu aucun lien éditorial dans les articles parus. Cependant, la chaîne de boulangeries a bien établi sa stratégie sur le long terme, ce pour quoi elle a réussi à obtenir de tels liens dans le passé.

Attention toutefois à ne pas commettre de « fashion faux pas » comme dirait notre amie Cristina !

Même en utilisant l’humour, veillez à diffuser des messages « politiquement corrects » et à ne pas heurter une quelconque communauté. Greggs a par exemple payé les frais d’une de ses campagnes, qui a certes buzzé, mais pas dans le bon sens du terme :

 

Vous pouvez toutefois dénoncer un fait de société et de la même façon promouvoir vos produits. La publicité engagée peut être bénéfique pour créer un buzz à condition que la cause défendue corresponde à vos valeurs ! Voici un tableau qui vous permettra d’y voir plus clair concernant la performance des publicités selon la cause défendue :

Au secours, je ne comprends rien au langage SEO !

Le SEO, référencement naturel en français, peut intimider ne serait-ce que par son vocabulaire. Afin d’apprivoiser et de faire un usage efficace d’un tel outil d’optimisation, voici un lexique pratique.

Petit dictionnaire du SEO

Ancre de lien : il s’agit du texte qui s’affiche dans un lien hypertexte sur lequel le visiteur d’un site web va pouvoir cliquer afin d’accéder à une autre section de la page courante, d’une autre page du même site, d’un site distant ou de naviguer à l’intérieur même d’une page. L’ancre de lien fournit une information explicite sur le contenu vers lequel il pointe.

Annuaire : comme son nom l’indique, l’annuaire consiste en un site ou au service d’un site destiné à lister d’autres sites internet. Pour certains SEO, l’annuaire est un bon outil pour obtenir facilement un backlink.

Authorship / Author Rank : désormais disparue, la balise auteur, lorsqu’elle était insérée dans le code source des pages web, associait le contenu de la page à d’autres informations relatives à son auteur (profil), on parlait alors d’authorship ou d’author rank.

Backlink ou lien entrant en français : il s’agit d’un lien qui pointe vers une page, depuis la page d’un autre site. Outil essentiel pour les SEO, le backling provient idéalement d’un site d’autorité, essentiel au référencement, puisqu’il influence l’algorithme des moteurs.

Balises : en SEO, les balises sont des codes HTML visibles dans le code source des pages web. Ces balises permettent de formater les textes (gras, italique, etc.).

Black Hat SEO : il s’agit de techniques qui désignent en même temps le référencement et les référenceurs. La nuance concernant les référenceurs décrits comme Black Hat SEO, c’est qu’ils font le choix de ne pas respecter les consignes des moteurs tels que Google en matière de référencement, contrairement aux White Hat SEO.

Blast : il s’agit d’un terme anglais plutôt utilisé par des SEO Black Hat. Le blast désigne une génération massive et automatisée de backlinks.

Cloaking : cette technique consiste à présenter une page différente aux robots des moteurs et aux internautes. Elle est néanmoins trompeuse, car manipulant l’algorithme de référencement, elle expose le site à des pénalités de Google. 

CP – Communiqué de presse : sites créés à des fins SEO, qui recueillent et diffusent les communiqués de presse. Ils permettent aux référenceurs d’obtenir des backlinks en y diffusant des communiqués destinés en réalité à pointer vers les sites en cours de référencement.

Crawl : il s’agit de l’exploration des pages et leur code source par des robots des moteurs de recherche, ou d’autres outils qui les imitent.

CTR – Click-Through Rate – Taux de clic : il s’agit du rapport entre le nombre de clics et le nombre d’impressions. Pour un site : une apparition sur une page de résultats équivaut à une impression, aussi, le nombre de fois qu’un internaute clique sur ce résultat est un CTR.

EMD – Exact-Match Domain : ce terme est relatif aux noms de domaine qui correspondent exactement à la requête visée. Par exemple : chef-a-domicile.com est un EMD, car il répond à la requête d’une personne qui serait à la recherche d’un chef à domicile.

Balises Hn : pour découper une page web en plusieurs parties, on utilise les balises Hn (H1, H2, H3,…). Ces balises permettent de séparer et de hiérarchie un contenu, participant ainsi au SEO.

Liens nofollow : ces liens indiquent aux robots des moteurs de recherche à ne pas être suivi lorsqu’ils parcourent la page.

Linkbuilding – Construction de liens : il s’agit du processus destiné à obtenir de bons backlinks, donc à construire son netlinking.

Méta description : cette partie d’un contenu décrit le plus efficacement possible, en 160 caractères environ, le contenu d’une page web. Elle est entourée des balises HTML meta name= « description ». C’est cette méta description qui apparaît dans les résultats de recherches sur les moteurs.

MFA – Made For AdSense : un site réalisé en MFA est purement à but lucratif, avec le moins de travail possible en arrière-plan. Les revenus sont générés par le nombre de clics sur les publicités.

Negative SEO : techniques rarement utilisées, destinées à saper le référencement d’un site concurrent.

Netlinking : il s’agit des liens qui pointent vers un site et ses pages, mais également du travail visant à acquérir et à optimiser ces liens dans le but d’améliorer le référencement. (voire notre article sur le guest blogging pour plus d’explications)

Not provided : c’est ce qu’affiche Google Analytics concernant les mots clés à l’origine du trafic venant de Google.

PageRank : cet indice de Google mesure sur une échelle de 0 à 10 la popularité des pages en fonction du nombre et de la qualité des liens qui pointent vers elles.

Panda : filtre phare de Google, il est régulièrement activé pour nettoyer les résultats et les débarrasser de certains spams. Google l’a mis en place pour pénaliser le référencement des sites de mauvaise qualité.

Pénalité manuelle – action manuelle. Pénalité manuelle est utilisée par les référenceurs. Action manuelle est utilisée par Google dans son Google Webmaster Tools. La pénalité affecte le référencement d’une ou plusieurs pages d’un site. Elle est déclenchée par l’analyse d’un employé de Google et vise les liens dofollow non naturels, résultant par exemple d’achats.

Penguin : autre filtre activé par Google pour nettoyer ses résultats.

Robots.txt. : placé à la racine des sites, ce fichier qui indique aux moteurs ce que leurs robots ne doivent pas indexer.

Rich Snippet : il s’agit de l’extrait de page qui apparaît dans les résultats remontés par Google. Il peut être enrichi avec des images, des vignettes de vidéo, des étoiles d’avis, etc.

SEA – Search Engine Advertising : il s’agit des publicités affichées par les moteurs de recherche sur leurs pages de résultats et plus généralement des techniques pour les optimiser. Ce référencement payant s’oppose au SEO.

SEM – Search Engine Marketing : il s’agit d’un ensemble de techniques destinées à optimiser la présence d’un site dans les résultats d’un moteur de recherche via le référencement payant et naturel.

SEO – Search Engine Optimisation : il s’agit des techniques utilisées pour briller dans les résultats remontés par les moteurs de recherche. Le SEO ne couvre pas le référencement payant, puisqu’il est naturel.

Seo on-page – SEO on-site : contrairement au SEO qui eut être réalisé en dehors du site, le SEO on page se déroule à même la page web et de son code source. Il s’agit donc des titres, balises, url, la webpref, ainsi que toutes les optimisations faites pour améliorer le crawl des robots de Google.

SERP – Search Engine Results Page : il s’agit de la page de résultats remontés par le moteur.

SMO – Social Media Optimisation – Optimisation des médias sociaux : il s’agit des outils proposés par les réseaux sociaux pour améliorer la visibilité d’un site ou d’une marque.

Spam – Webspam : en SEO, le terme spam renvoie aux sites que Google ne désire pas voir dans ses résultats (qualité, respect des consignes, etc.).

SpamCo : contraction de spam et de commentaire qui renvoie aux commentaires d’un contenu destinés à à glisser un lien vers un site à référencer.

Splog : contraction de spam et de blog qui désigne un blog sans aucune qualité éditoriale, souvent généré de manière automatique par des Black Hat SEO. Néanmoins, les splogs contiennent des backlinks capables de pousser le référencement d’un autre site plus stratégique.

Trafic organique – il s’agit du trafic issu uniquement des résultats naturels générés par les moteurs de recherche.

Title – Titre : cette balise HTML <title> sert à définir le titre de la page. Il est considéré comme un critère très important en SEO.

La redirection 301 : il s’agit de la redirection permanente qui correspond au code de réponse HTTP 301. Grâce à la redirection 301, le trafic vers une page (ou URL) est automatiquement redirigé vers une autre, de manière définitive. On parle d’erreur 302 lorsque la redirection est temporaire.

URL Canonique : si plusieurs URL présentent le même contenu, on peut au moteur l’URL de référence avec le marquage HTML adéquat (rel= »canonical »), marquant ainsi l’URL comme « préférée » ou canonique. Elle sera alors indexée et apparaîtra dans les résultats.

Optimisez votre SEO avec le Guest Blogging !

,

Quoi de mieux que les partenariats entre blogueurs (ou plus communément Guest Blogging) pour gagner en visibilité sur Google et optimiser son SEO ?

Le référencement naturel, devenu un enjeu majeur pour les entreprises, permet en effet de booster son chiffre d’affaires. Quant au Guest Blogging, de quoi s’agit-il exactement ? Alors qu’il suffisait d’échanger des liens avec un quelconque site internet pour améliorer son référencement naturel, réussir sa stratégie de partenariat relève à présent d’un travail complexe, surtout en Guest Blogging triangulaire, comme nous le verrons dans cet article.

Avec ces conseils, optimiser son référencement avec le Guest Blogging n’aura plus de secret pour vous !

Netlinking ou Guest Blogging ?

Quand on s’intéresse à l’optimisation du SEO, on prend vite connaissance du netlinking ou link building, une technique qui consiste à insérer des liens hypertextes, ou backlinks, dans des sites internet à forte autorité. Ceux-ci reconduisent l’utilisateur vers les pages dont vous souhaitez améliorer la position dans les moteurs de recherche, et notamment Google. De cette façon, leur contenu gagne en visibilité et en crédibilité.

Cependant, un budget conséquent est à prévoir pour cette méthode de référencement : il faut compter de 500 € à 1000 € pour insérer un backlink sur un site internet de renommée.

S’il s’agit d’un énorme coup de pouce pour les sites qui viennent de voir le jour, il va de soi que cette technique n’est pas accessible à toutes bourses.

On pourrait alors penser à solliciter un backlink de façon indirecte : il suffit pour cela de partager les contenus d’autres sites en espérant que ces derniers vous rendent la pareille. Reste enfin le Guest Blogging.

Pour procéder à cet échange de publications, il vous faut d’abord rechercher des sites dont la notoriété est proche de celle que vous avez acquise. Vous devez particulièrement prêter attention à ce point, car leur autorité sera directement rattachée à votre site et l’image qu’il renvoie.

Le Guest Blogging, une affaire de partenaires

La recherche des partenaires commence alors par l’examen consciencieux des sites avec lesquels vous souhaitez échanger vos publications.

Il est aussi essentiel d’établir que les liens ou backlinks seront des liens Dofollow et non Nofollow. En effet, le lien Dofollow est à suivre comme son nom l’indique. Lorsque le robot Google détectera un lien Dofollow sur votre site, son algorithme donnera de la valeur à la page vers laquelle il renvoie en fonction de votre autorité. Cela est réciproque puisque, si un lien externe Dofollow renvoie vers votre page, il sera pris en compte pour attribuer un niveau d’autorité à votre site et lui procurer un meilleur niveau de référencement naturel.

Il est facilement compréhensible que le lien Nofollow ne doit, au contraire, pas être suivi. Le robot Google ne le prendra en effet pas en considération. Il faut donc utiliser uniquement les liens Dofollow, car eux seuls comptent en matière de SEO et auront un impact sur votre visibilité et sur celle de vos partenaires.

Vous l’aurez compris, le choix des partenaires dans le cadre du Guest Blogging est primordial pour un référencement naturel réussi. En fait, négliger cet aspect pourrait produire l’effet inverse à celui escompté sur votre référencement. Il en va de même pour le choix de la thématique du site partenaire, essentiel à un bon référencement naturel.

Placez le choix de la thématique au cœur de vos préoccupations

La condition sine qua non à tout bon Guest Blogging est le choix d’une thématique stratégique de votre site partenaire. Par « stratégique », on entend une thématique similaire ou complémentaire à la vôtre.

Il vous faut donc absolument éviter de placer des liens vers des sites dont l’univers diffère en tout point du vôtre. Par exemple, si votre site propose des circuits touristiques et que vous établissez un partenariat avec le site d’un restaurant, Google valorisera votre choix qu’il jugera pertinent.

En revanche vous procédez à un échange de lien avec le site d’un réparateur informatique, ce partenariat ne sera au contraire pas valorisé par Google et pourrait même pénaliser votre référencement à long terme.

Privilégiez un partenaire mieux référencé que vous

Lors de votre recherche de partenaire, accordez une grande importance au référencement des sites avec qui vous souhaitez développer un Guest Blogging. Il est en effet préférable que ces sites jouissent d’un meilleur référencement que le vôtre. L’objectif de cette technique est d’attirer une partie du trafic de votre site partenaire sur le vôtre et, de ce fait, profiter de sa notoriété.

Il n’est toutefois pas évident de négocier un tel partenariat si vous occupez la position du site moins côté. En effet, établir un échange de liens avec un site moins populaire n’aura pas de réelle incidence sur le SEO de votre potentiel partenaire. Il vous faut alors aborder le partenariat en proposant un article axé sur son univers, déjà rédigé et de qualité.

Par ailleurs, si des liens externes de sites moins populaires n’améliorent pas significativement votre référencement, ils feront tout de même augmenter votre Citation Flow. Cette unité de mesure utilisée par les outils SEO, tels que Majestic SEO, estime votre niveau d’autorité en fonction du nombre de sites qui parlent de vous.

Dites non aux liens dans le footer et le blogroll

Le Guest Blogging est généralement associé à des échanges d’articles, mais il peut aussi prendre la forme d’échanges de liens basiques. Dans ce cas, il faut privilégier les liens au sein de vos contenus et non ceux dans le footer (partie au bas des pages d’un site web) ou le blogroll (appelé blogoliste en français et désignant une liste de liens vers des blogs « partenaires, positionné dans l’une ou l’autre colonne d’un blog et donc visible depuis n’importe quel page ou article consulté »). Les liens placés dans ces parties d’un site n’apporteront en effet aucune plus-value à votre site en termes de SEO. Ainsi, il ne s’agit pas pour Google d’un référencement naturel contrairement aux liens placés au sein des articles.

Il est donc inutile d’accepter ou de proposer un échange de liens dans ces emplacements s’il s’agit d’améliorer votre SEO.

Le Guest Blogging en triangulaire, la star du référencement naturel

Nous en venons à présent au conseil phare de cet article : travailler en triangulaire avec 2 autres blogueurs.

Il s’agit de rédiger des articles invités en respectant ce schéma : Le site 1 rédige pour le site 2, le site 2 rédige pour le site 3 et le site 3 rédige pour le site 1.

Comme vous l’aurez constaté tout au long de cet article, plus votre Guest Blogging paraît naturel aux yeux de Google, mieux votre site sera référencé. Comme nous l’avons explicité au fil de ce post, il s’agit de toujours paraître le plus naturel possible pour Google.

Or, si on suit le schéma du Guest Blogging triangulaire, force est de constater qu’il n’y a pas de réciprocité entre les articles partagés et sites internet impliqués, ce qui semble beaucoup plus naturel pour Google. Cette technique vous permettra donc d’obtenir un référencement naturel particulièrement optimisé, ce pour quoi vous avez tout intérêt à l’adopter.

L’objectif est de rédiger un article à forte valeur ajouté pour le site guest. En retour, vous pouvez convenir d’intégrer 2 ou 3 liens vers différentes pages de votre site dans cet article.

Pour créer une réelle valeur ajoutée, il est préférable de rechercher des sites qui traitent de sujets complémentaires et non des concurrents directs.

Le reach organique en déclin ? De l’histoire (presque) ancienne !

Nous avons précédemment analysé dans notre article Le « vrai reach » Facebook désormais affiché dans les statistiques des pages les raisons pour lesquelles le Reach Organique de Facebook est en baisse constante depuis 2007. Le reach organique Facebook a chuté de 52 % en 2016. C’est l’une des nombreuses statistiques qui reflètent la façon dont à la fois les changements d’algorithmes et la compétition accrue entre les différents médias affectent la portée de leurs publications.
Nous avons déjà partagé avec vous les 10 excellents conseils pour pallier à la baisse du reach organique Facebook, dans l’article de Mi4 : Comment améliorer votre reach Facebook ?. Aujourd’hui, nous vous proposons dans cet article, 4 nouveaux conseils pour rebooster votre reach organique sur les réseaux sociaux en général.

Créer un contenu propre à chaque plateforme

Rapprochez-vous de votre audience. De plus en plus d’utilisateurs ne considèrent plus les réseaux sociaux comme un simple outil de réseautage, mais aussi comme un moyen de divertissement à travers la publication des médias. C’est pourquoi il est judicieux de leur proposer du contenu directement sur la plateforme, sans avoir à les reconduire en dehors de leurs communautés en ligne préférées. Cette technique est connue en tant que stratégie de distribution de contenus. Au lieu de reconduire les visiteurs sur un blog ou sur une page de votre site, produisez du contenu qui permet à votre audience de rester sur la plateforme qu’ils utilisent. Assurez-vous que vos contenus soient différents d’un canal de communication à l’autre. Vos contenus doivent rester complémentaires, même sur des plateformes proches comme Snapachat et Instagram, toutes deux fondées sur l’image.

Par exemple, communiquez sur le compte snapchat de votre entreprise avec des vidéos sur votre quotidien au travail. Cela donne l’impression à l’utilisateur d’un accès privilégié aux coulisses de l’entreprise. Vous pouvez vous servir de Twitter pour promouvoir les articles de votre blog. Utilisez Facebook pour partager des « Instant article » et des vidéos diffusées en direct.

Mettez en avant les publications des autres

Contrairement à la croyance populaire, il ne s’agit pas de se focaliser uniquement sur vous en matière de marketing. Ne tombez pas dans le piège qui consiste à mettre sans cesse vos publications en avant, dans l’espoir que votre audience devienne obsédée par les moindres dires de votre marque. Prenez en compte que les réseaux sociaux existent pour créer du lien social. Cela passe par le partage des publications des autres et pas uniquement les vôtres. Prenez le temps d’observer votre audience. Découvrez ce qui les mobilise, ce qui les intéresse, et ce qui peut leur être utile. Appuyez-vous sur ces observations pour commencer réfléchir à des contenus qui pourraient susciter leur intérêt.

En répondant aux besoins de vos lecteurs, vous positionnez votre marque comme celle en laquelle ils peuvent croire – et celle qui se soucie de ce qui les importe.

Partager du contenu pertinent positionne également votre entreprise en tant que leader, au courant de ce qui se passe dans l’industrie et heureux de partager l’information avec ses clients. Apporter de la vraie valeur à vos lecteurs, ce n’est pas toujours leur faire savoir ce que votre entreprise peut faire pour eux.

Si vous voyez quelque chose d’intéressant, partagez cette bribe de savoir avec vos followers. Cela vous fera gagner du temps de rédaction. Par ailleurs, vos réseaux restent toujours dynamiques, surtout quand il est difficile de trouver un sujet. Établissez des stratégies gagnant-gagnant avec d’autres entreprises de votre secteur en partageant mutuellement vos publications par exemple. Il s’agit d’amener réciproquement du trafic sur vos canaux de communication.

Maitrisez les algorithmes

Dès que vous vous identifiez sur une plateforme, vos moindres faits et gestes en ligne sont analysés et enregistrés. La plupart des plateformes utilisent des algorithmes élaborés dans le but de proposer à chaque utilisateur le contenu le plus susceptible de susciter son attention – contenu en rapport avec les amis et la famille de l’utilisateur par exemple.

En tant que Community Manager, ce que vous avez de mieux à faire pour tirer profit de ces formules et de les étudier en profondeur et de comprendre comment elles fonctionnent.

Voici un court résumé de ce qu’il faut savoir sur nos plateformes de communication favorites :

Toutefois, pour revenir au le réseau de Mark Zuckerberg, plus de 100 000 facteurs influencent l’algorithme Facebook. La plupart de ces facteurs sont basés sur le comportement de l’utilisateur et son interaction avec le contenu qu’il aime. Puisque le comportement des utilisateurs change en permanence, nous vous recommandons de vous informer continuellement sur la façon dont les plateformes classent les contenus.

Mettez du budget sur vos publications

Les annonces sur les réseaux sociaux, les contenus sponsorisés et les publications boostées sont la meilleure façon d’atteindre votre audience parmi la flopée de contenus qui envahit le web.

Sur 475 campagnes de publicité, Nielsen Brand Effect note que de celles lancées sur Instagram avaient des résultats 3 fois supérieurs aux autres. En d’autres termes, les publicités sur Instagram marquent les esprits, elles laissent un souvenir durable aux personnes qui les visionnent.

Nous nous sommes penchés sur les canaux payants les plus populaires comme Facebook Ads (le même outil qu’Instagram Advertising), LinkedIn Ads, et Twitter Ads. Voici les raisons les plus importantes de recourir à la publicité sur tous les réseaux sociaux :

  • Obtenez de meilleurs taux de conversion — Ayez le contrôle sur l’endroit où votre publicité est diffusée, à quel moment elle est diffusée et ses cibles. Avec ces options, faire en sorte que votre contenu augmente en visibilité devient bien plus simple.
  • Créez de la publicité facilement—Utilisez des formats publicitaires pour créer des publicités rapidement. Facebook possède une grande quantité de formats publicitaires qui inclut les diaporamas, les vidéos et bien d’autres.
  • Observez les résultats—Créez des rapports en fonction des critères qui vous importent le plus. Constatez quelle publicité a eu le plus d’impact, quelles sont vos forces et comment l’audience réagit en fonction de vos publications.
  • Adaptez votre publicité aux mobiles—80 % des utilisateurs des réseaux sociaux se connectent sur leur mobile. Votre publicité doit donc être adaptée à l’utilisation sur mobile et ordinateur.

Si vous arrivez à suivre nos conseils et gagner en nombre de vues, de partages et de réactions de manière organique, autrement dit sans support financier— imaginez les effets d’un boost publicitaires sur la portée de votre marque.